Navigation
  • DE
  • EN
  • FR
Logo Max Ernst Museum Brühl des LVRLogo Landschaftsverband Rheinland

La photo représente Max Ernst assis à une table montrant un hippocampe dans une loupe.

Josef Breitenbach, Max Ernst avec loupe et hippocampe, 1942, Max Ernst Museum Brühl des LVR, Stiftung Max Ernst © Josef and Yaye Breitenbach Charitable Foundation, Courtesy Gitterman Gallery

Exposition à venir

Animaux surréels

3 octobre 2021 au 6 février 2022

La prochaine exposition au Musée Max Ernst à Brühl est dédiée au l’univers fantastique des animaux réels et des créatures imaginaires dans l’art surréaliste. Intitulée Animaux surréels, l’exposition est prévue pour la durée du 3 octobre 2021 au 6 février 2022.

Le bestiaire, qui domine l’univers pictural du surréalisme, n’a jamais été exploré dans une exposition auparavant, bien que de nombreux artistes aient créé leurs « fantômes privés » qui leur servaient de compagnons ou d’alter ego : l’oiseau dans l’œuvre de Max Ernst, le cheval chez Leonora Carrington, le chien chez Dorothea Tanning ou le chat chez Leonor Fini.

Les œuvres de Max Ernst, qui constituent le cœur de la collection permanente du musée, sont également peuplées par des poissons, des grenouilles, des serpents, des pigeons ou un « babouin chien » pataphysique. Cependant, la faune surréaliste est aussi associée à la girafe brûlante de Salvador Dalí, au verre à bière à la queue d’écureuil de Meret Oppenheim, au Bouledogue de Maldoror de Jean Benoît, à la mante religieuse ou au fourmilier. Tous ces animaux habitent la flore abondante de la fantaisie surréaliste ainsi que les créatures hybrides comme le cobra-centaure de Hans Arp, le Minotaure de Pablo Picasso, la sirène, le Sphinx ou la Mélusine.

Rassemblant environ 140 œuvres de 70 artistes, dont des peintures, des sculptures, des assemblages et des œuvres sur papier, des magasins e des films la présentation démontre pour la première fois le large spectre et le rôle central que les figures animales jouent dans l’imaginaire des surréalistes.



Un paysage au milieu duquel se trouve une scène de pique-nique avec de nombreuses créatures animales, dont des hybrides.

Leonora Carrington, Pastorale, 1950, huile sur toile, collection privée © VG Bild-Kunst, Bonn 2021, Photo : Mary-Anne Martin Fine Art, New York



Un objet qui combine les composants d'une chope de bière remplie avec une queue d'écureuil et la présente sur le bord d'une table.

Meret Oppenheim,Eichhörnchen (Écureuil), 1969, Verre à bière, mousse et fourrure, LEVY Galerie, Hamburg, © VG Bild-Kunst, Bonn 2021, Photo : LEVY Galerie, Hamburg



Un collage de photos en noir et blanc montrant le bas d'un corps humain avec un col de cygne posé dessus, sur fond de ville brumeuse.

Karel, Teige, Sans titre, Collage avec imprimés sur blanc opaque, 1941, bpk / Sprengel Museum Hannover, prêt de l'État de Basse-Saxe, Photo : Stefan Behrens